DIMANCHE 17 OCTOBRE

La paternité

 

Certains réclament et d’autres pensent que la démission de tous les évêques de France serait souhaitable. Comme l’un de mes confrères sur radio Notre Dame, je pense que le « remède » entrainerait de nouveaux dysfonctionnements dans l’Eglise.

 

En effet je me rappelle les propos du prêtre chargé des dérives sectaires dans le diocèse de Lyon, au début des années 2000. Il regrettait que les dossiers s’accumulent sur le bureau de l’archevêque sans être traités.  A cette période trois archevêques étaient décédés des suites de cancer.  Entre le temps de maladie et la vacance du siège, cela causait beaucoup de retards dans la gouvernance. Si un évêque démissionne ces jours-ci, son successeur ne sera nommé vraisemblablement dans 6 mois au mieux. Mais si tout un groupe le faisait, il faudrait certainement plus d’un an pour pourvoir les sièges devenus vacants, voire beaucoup plus.

 

Sans entrer dans un tel projet, cela nous amène à réfléchir sur la durée des « mandats » dans l’Eglise. En effet, il me semble que lorsque les évêques et les prêtres se succèdent trop rapidement, cela nuit à l’établissement d’une relation de confiance et finalement à la capacité à accueillir les personnes dont ils ont la charge. Par exemple, lors de mes dix premières années de sacerdoce, mis à part les entretiens lors des mutations, je n’ai été reçu qu’une fois par un vicaire général qui, voulant faire le point sur ma formation continue, s’est aperçu que la fiche de mon dossier n’était pas la bonne. Une relation entre un prêtre et son évêque (à Paris avec son vicaire général), comme celle d’un paroissien avec son curé, prend du temps à s’établir. Benoît XVI, à la fin de son pontificat, s’interrogeait sur la légitimité des transferts d’évêque d’un siège à un autre.  L’anneau porté par l’évêque est le signe de son alliance avec son peuple… Paroissiens et prêtres, nous mettons plusieurs années à nous connaître. Ce n’est que mois après mois que nous faisons vraiment connaissance avec ceux qui ne sont pas engagés dans un service paroissial.  Tout cela nous amène à réfléchir à la nature de nos relations.

 

Nous sommes appelés à être père et non desservant. Je crois qu’il nous faut réellement réfléchir à cette paternité. On ne change pas de père.  Le père reçoit ses enfants. Il ne les choisit pas. Le prêtre est envoyé en mission. Il n’est pas élu ou choisi par les paroissiens. Eux aussi ont à recevoir ce prêtre qu’ils n’auraient pas choisi. Cela crée une liberté de parole pour le prêtre qui n’a pas à se soucier de plaire (pour être renouvelé dans son mandat). Il peut donc appeler avec audace à la conversion. Cela ne le dispense pas de le faire dans la charité. Même si saint Jean Baptiste a traité ses contemporains d’engeance de vipère ce n’est peut-être pas ce genre de mots qu’il faut employer !

 

La paternité est en crise. Et les crimes commis par des prêtres sont une illustration extrême de cette crise car ils montrent une déviance dans le domaine de la chasteté. Au lieu de recevoir ceux qui nous sont confiés, on les prend, on se les approprie voire, si on est pervers, on en abuse. Je crois que dans l’Église comme dans la société nous avons à retrouver le sens de la paternité.  En cette année saint Joseph, nous sommes appelés à contempler la figure de l’époux de Marie et, comme nous le rappelait le pape François, la chasteté de saint Joseph ne concerne pas d’abord sa relation à la Vierge Marie mais à l’Enfant Jésus, le Fils du Père.

 

Prions afin que nous sachions toujours davantage devenir père.

                                                                                                                  Père Xavier SNOËK

 

A propos du secret de confession

 Il est essentiel de considérer d’abord que toute confidence faite à un prêtre ne relève pas du secret de confession.

La confession ou sacrement de réconciliation est un sacrement qui comprend une liturgie toute particulière comme tout sacrement.  Ce n’est pas un simple entretien avec un prêtre. Il comprend prière de bénédiction au début, puis aveu des fautes avec expression du repentir, conseils par le célébrant et enfin absolution. Le pénitent est invité par le célébrant à accomplir ensuite une « pénitence » (prière ou démarche de réparation).

Enfin, en 25 ans de sacerdoce j’ai constaté que les personnes qui veulent se faire pardonner  des fautes très graves se rendent dans des sanctuaires, des pèlerinages où le prêtre qui les accueille ne les connaît pas et ne les reverra pas, afin de bénéficier d’un total anonymat.

Feuille d’information paroissiale
et feuille de messe

Télécharger la feuille d’information paroissiale
du dimanche 17  octobre, cliquer ici.

pour télécharger la feuille de messe
du dimanche 17 octobre :  cliquez ici.

PROCHAINEMENT A NOTRE-DAME DE LOURDES

Année Saint Joseph

Chaque mercredi à 18h15 : Chapelet de Saint Joseph

 

2 conférences pour « APPRENDRE A PRIER L’ORAISON »

Samedi 16 octobre à 17h00 dans l’église
par le Père Xavier Snoëk

Samedi 16 octobre : Réunion de préparation des journées d’amitié

à 10h30 dans les salles paroissiales
pour tous les volontaires pour la préparation et la tenue des stands

Dimanche 17 octobre à 10h30 : Messe des Familles et Eveil à Foi

Concert spirituel marial

Dimanche 17 octobre à 15h00 à Notre Dame de Clignancourt
au profit de la maison saint Jean de l’Ordre de Malte(métro Jules Joffrin ou bus 60)

Mercredi 27 octobre : Répétition de la chorale

à 19h45 dans l’église

CONCERT STABAT MATER

Dimanche 24 octobre à 16h00 à Notre-Dame de Lourdes
Oeuvres de Vivaldi, Scarlatti, Sances interprétées par
Dorothée Kapsambelis (Soprano)
Daniel Blanchard (contre-ténor)
Iakovos Pappas (l’orgue)

 

Mission Porche : Samedi 30 octobre

de 17h00 à 19h00 sous le porche de l’église:
venez accueillir les personnes qui déposent des intentions de prière pour les défunts

 

SOLENNITE DE LA TOUSSAINT

Lundi 1er novembre : Messes à 10h30 et 19h00

 

MESSE POUR LES FIDELES DEFUNTS

Mardi 2 novembre à 19h00

 

Chapelet pour les militaires, les pompiers, les forces de l’ordre, etc

Mercredi 3 novembre à 19h30

 

 

 

Envolez vous vers Lourdes en cliquant sur le lien :

https://storage.net-fs.com/hosting/6173668/11/index.htm
Dès que vous êtes à Lourdes, vous pilotez vous-même votre parcours en faisant glisser votre souris d’ordinateur sur l’écran.

Dernière minute

Patronage – urgent

Nous recherchons des bénévoles pour renforcer notre équipe d’animation pour le patronage le mercredi après-midi et pendant les ateliers de vacances.
Contacter Virginie Roux au 01.40.31.61.60 ou ndlourdes75020@gmail.com

Actualités

La seule adresse électronique de la paroisse est dorénavant : ndlourdes75020@gmail.com. Envoyer un mail pour recevoir la feuille d’informations paroissiales toutes les semaines !

Retrouvez plus de contenu à l’onglet Actualités !

 Horaires de la paroisse

Messe dominicale et jour de fête :

messe anticipée : le samedi (ou veille de fête) à 19h
le dimanche (ou jour de fête)  à 10h30

Messe en semaine :

du lundi au vendredi à 19h – le samedi 12h30

Laudes :

du lundi au samedi à 9h00 – dimanche et jour de fête à 9h30

Nous vous rappelons que les lectures de tous les jours et les offices (laudes, vêpres) sont disponibles sur le site aelf.org.

Vêpres :

Mercredi, jeudi et vendredi à 18h45

Chapelet :

Mardi 18h15  et samedi 12h00
Chapelet de saint Joseph : Mercredi à 18h15

Adoration :

Lundi et jeudi de 19h30 à 20h30

Confessions :

Lundi et mercredi de 17h00 à 18h45
lundi et jeudi de 19h30 à 20h30
ou sur rendez-vous avec un prêtre

Accueil :

du lundi au vendredi  de 17h à 18h45 et le samedi de 10h à 12h

Secrétariat :

ouvert du mardi au vendredi de 9h30 à 12h30

BREVE HISTOIRE
DE LA PAROISSE NOTRE-DAME DE LOURDES

C’est au début du XXe siècle qu’un lieu de culte vit le jour dans notre quartier du Haut Ménilmontant. La statue de Notre Dame de Lourdes surplombait alors le quartier. Consacrée et érigée en paroisse le 2 mars 1910, l’église est dédiée à Notre-Dame de Lourdes. Sous l’effet de l’accroissement de la population, une chapelle attenante à l’église est construite. Église et chapelle sont détruites plus tard pour des raisons de sécurité. En 1980, l’architecte Jean Vidal est chargé d’ériger une nouvelle église, au rez-de-chaussée de l’immeuble au coin des rues Saint Fargeau et Pelleport. Elle conserve son titre de Notre-Dame de Lourdes. L’église est entièrement dédiée à la Vierge et aux apparitions de 1858 : les vitraux du mur droit de la nef, très contemporains, rappellent les demandes formulées par Marie à Bernadette Soubirous (aller boire à la source, construire une chapelle, y venir en procession, etc.). Lors des neuvaines fréquentes à Notre-Dame de Lourdes, on peut répondre à l’appel de la vierge en vénérant un morceau du rocher de la grotte de Lourdes et en venant se laver et boire de l’eau de Lourdes. Derrière son apparence très sobre, l’église recèle un magnifique bas-relief de Notre-Dame de Lourdes dû à G. Candelier (1988). L’artiste a sculpté une Vierge pleine de ferveur et d’émotion qui, à elle seule, mérite d’entrer dans l’église, ce que les gens du quartier, catholiques ou non, ne cessent de faire pour confier à Marie toutes leurs intentions.